En France, 8,4 millions de logements sont régis par le statut de la copropriété, soit 21% du parc immobilier.

Loin d’être uniquement un enjeu énergétique, s’attaquer à la rénovation des copropriétés est également un enjeu social dont le but est d’aider plus de 37% des ménages vivant en situation de précarité.

Depuis des années, la rénovation énergétique des bâtiments en copropriété se heurte à des difficultés :

  • Complexité technique des projets,
  • Lourdeurs administratives et financières,
  • Procédure de décisions longues,
  • Difficulté à convaincre un nombre suffisant de copropriétaires,
  • Délais de projets importants.

 

Pour aider les ménages et les gestionnaires de biens à réaliser des travaux d’économies d’énergie, le plan de rénovation énergétique des bâtiments a mis en évidence 5 leviers d’actions :

  1. Mieux caractériser l’état du parc immobilier et suivre la dynamique de rénovation nationale.
  2. L’évolution du cadre réglementaire du droit à la copropriété prévue dans le projet de loi ELAN (Evolution du Logement, de l’Aménagement et du Numérique).
  3. La mise en place de solutions de financements adaptées notamment par la valorisation des Certificats d’Économies d’Énergie (CEE) qui ne pourront plus être modifiés après sa notification au syndic.
  4. Donner l’envie et la capacité de rénover aux copropriétaires.
  5. Une proposition globale d’offre d’isolation en accompagnement et en réalisant un travail de pédagogie.

En mettant en place toutes ses actions, l’État souhaite faciliter les parcours, les aides et les financements pour tous les ménages et ainsi atteindre l’objectif de 500 000 logements rénovés par an.